L'Esprit Francejudo

Le premier forum JUDO, non commercial et entièrement indépendant.
 
PortailAccueilS'enregistrerConnexion
Sujets similaires
Derniers sujets
» La FFJUDO fait peau neuve sur internet ! Bravo à la Fédération Française de Judo pour cette ouverture d'Esprit (du judo) !
par prispour1con Dim 15 Déc - 20:08

» Ferrid Kheder glisse une quenelle Olympique à la FFJDA !
par Judonymous Sam 16 Nov - 18:49

» Salut polémique de Loic Korval envers les officiels de la FFJDA lors de sa victoire au 1e division 2013 a Marseille !
par Judonymous Lun 11 Nov - 14:02

» Dédicace spéciale et amicale a Jean Cul Rougé .
par prispour1con Sam 2 Nov - 23:51

» Ferrid Kheder dénonce les méthodes de la FFJDA ! Quenelles, et révélations en rafale !
par prispour1con Sam 2 Nov - 23:51

» Grand concours photo Quenelle Olympique au 1e Div à Marseille : Un voyage Paris San Diégo à gagner !
par prispour1con Sam 2 Nov - 23:41

» Ferrid Kheder interviewer par All Judo : "Briser la loi du silence"
par prispour1con Ven 1 Nov - 23:08

» Exclusif : Teddy Riner soutiens la Quenelle Olympique !
par prispour1con Jeu 31 Oct - 11:58

» Harcèlement, pressions, dépression, tentative de suicide ... lettre ouverte de l'ex secrétaire de Rougé.
par prispour1con Dim 20 Oct - 17:58

» Le Vicomte Gilles Michel de Saint Aignan de la Milhusina de la Mythomanie !
par Carla Dim 17 Mar - 16:53

» Dojo Cannet (83), 5 millions d'euros qui pourrissent ! Merci Contraire et Filéri.
par Judonymous Jeu 7 Fév - 18:11

» Réélu a la présidence de la FFJDA pour l'olympiade 2012/2016, Jean Luc Rougé rentre dans le Guiness des records !
par prispour1con Jeu 27 Déc - 21:34

» Incident diplomatique au tournoi international juniors d'AIX en Provence 2012.
par ranigou Lun 24 Déc - 16:00

» L'équipe de France juniors de judo expulsée du Japon, pour vol !
par ranigou Lun 19 Nov - 23:18

» L'équipe de France juniors de judo, en stage au Japon, expulsée du territoire, par le président de la FD Nippone pour ... Vol !
par ranigou Dim 18 Nov - 18:29

» Quand le gourou de la secte, décide de faire censurer la vidéo de Judo free, certainement trop réaliste à son gout !
par prispour1con Mar 6 Nov - 17:44

» Le fabuleux destin de ... Jean Luc Rougé !!!
par galinette Ven 2 Nov - 18:36

» Jean Luc Rougé refuse un débat avec Stéphane Traineau, car il juge cela "anti démocratique" !
par prispour1con Ven 2 Nov - 18:24

» Attention, mobilisation générale a la FFJDA ! J.L. Rougé recherche désespérément un projet pour l'avenir du judo Français !
par prispour1con Ven 2 Nov - 18:24

» Le CIO en acceptant le voile en judo, se ridiculise, ouvre la porte à la religion dans un sport préservé.
par prispour1con Mar 31 Juil - 17:36

» Si il y a possibilité de voir gratuitement et en direct TOUS les JO de judo, nous vous dirons ici comment faire !
par EspritFranceJudo TV+ Sam 28 Juil - 16:38

» Attention DANGER! Des comptes FB viennent d'être infiltrés pour propager des messages de haine et de violence
par Babar Lun 23 Juil - 12:57


Partagez | 
 

 ARTICLES DE PRESSE !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MAP

avatar

Messages : 10
Points : 5
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: ARTICLES DE PRESSE !   Dim 7 Sep - 14:35

http://www.liberation.fr/sports/010162077-david-douillet-une-image-qui-rapporte-gros

Sports
David Douillet, une image qui rapporte gros
Salarié de Canal +, membre dirigeant de la fédération de judo, homme d'affaires... Il cumule les casquettes.
Par , Benoit BAUME
QUOTIDIEN : Lundi 2 octobre 2006 - 06:00

Est-il possible d'égratigner un mythe ? David Douillet est un personnage central du sport français, qui a su amener le judo dans une sphère de médiatisation que la discipline n'aurait jamais connue sans lui. Sa popularité s'est construite sur son invincibilité (quatre titres de champion du monde, deux de champion olympique), sa bonhomie télégénique et sa générosité au côté de l'épouse du chef de l'Etat. David Douillet était un boulimique de victoires. Boulimique de vitesse (il chevauche une Suzuki VZ-R 1800), il est devenu boulimique de pouvoir et d'argent depuis qu'il a interrompu sa carrière sportive. Mais n'est-ce pas son droit le plus absolu de réussir sa reconversion ?
Télévision. A l'arrêt de la compétition, après les JO de Sydney en 2000, David Douillet s'intéresse très vite à la télévision. Après une tentative chez Réservoir Sport, filiale de la société de production de Jean-Luc Delarue, il débarque à France Télévision. En 2004, le tournoi de Paris, la compétition française la plus importante, doit bénéficier d'une heure d'antenne. «Cinq minutes seulement ont été diffusées, car ils ont préféré mettre un gala,à la place, s'indigne-t-il. Je ne pouvais cautionner cela. Je suis parti sur Canal +.» Sur la chaîne cryptée, il s'occupe un temps de l'acquisition des droits sportifs, récupérant ceux du judo (sauf les championnats d'Europe, qui appartiennent aux chaînes publiques) avec l'aval d'une fédération enchantée. «Je fais parti du pool de direction des sports de Canal +, je commente le judo, je monte des événements comme les 24 heures du Mans et je réalise une interview hebdomadaire avec des grands noms du sport.»
En février 2005, suite à des luttes intestines, Jean-Luc Rougé est élu président de la Fédération française de judo. David Douillet, qui figure en bonne place sur sa liste, accède au comité directeur, l'organe décisionnel. Dans le même temps, il hérite de la présidence du comité de sélection de l'équipe de France, sans renoncer à ses fonctions sur la chaîne cryptée. Mais ce rôle de juge et partie ne semble pas le gêner. «En tant que président du comité, je ne décide pas vraiment qui sera sélectionné, précise-t-il, je suis là pour aider la réflexion.» Un cas pose tout de même question. Celui de Stéphane Traineau, ancien athlète, ami de Douillet (ils faisaient chambre commune lors des JO 2000), devenu entraîneur des équipes de France entre 2000 et 2005. Tenu responsable des mauvais résultats du judo français aux JO 2004, il est remercié et lâché par l'institution, dont David Douillet. Revenu à la compétition, Traineau, à 39 ans, remporte alors les championnats de France et devient «sélectionnable». La fédération, gênée, doit, comme l'exige la règle, le convoquer au tournoi de Paris 2006. Soutenu par le public qui scande son nom, Traineau, malgré une prestation en demi-teinte, termine meilleur français en ­100 kg. Pourtant le direct de Canal + Sport consacre peu de place à ses quatre combats, et, à l'antenne, des propos très durs sont tenus à son encontre. On ne reverra plus Traineau en équipe de France.
Confusion des genres. David Douillet n'est pas qu'un homme de télévision. C'est aussi un redoutable businessman. Voici treize ans, il a créé, avec deux associés, la société Double D. Après avoir commercialisé du matériel fitness et outdoor sous les marques David Douillet Fitness et Tipi, cette société s'est lancée dans le kimono et a récupéré la licence Adidas, sponsor officiel de la Fédération française de judo. «Depuis que nous avons été choisis par Adidas, il est vrai que l'activité de Double D a bien progressé», admet David Douillet. Les kimonos de sa sociétésont donc portés par les athlètes de l'équipe de France, eux-mêmes sélectionnés par Douillet, et leurs combats diffusés sur Canal + assortis d'un commentaire de David Douillet. Parallèlement, il a intensifié sa présence sur les événements de boxe sur Canal +, récupérant la licence Adidas pour ce même sport. «Double D, je suis cela de très loin, se justifie-t-il, je suis surtout impliqué dans le management.»
Sur le fond, David Douillet ne fait rien de répréhensible, mais la confusion des genres n'est pas vraiment en adéquation avec la réputation de force et d'inflexibilité du personnage si populaire. On en trouve l'écho dans la gestion de son image, Douillet intervenant régulièrement dans des publicités (pour la station des Menuires par exemple) ou à l'occasion de séminaires d'entreprises. En octobre 2004, il a participé à une action à Saint-Pétersbourg organisée par Gaz de France, mais surtout par le géant russe Gazprom.
Vendredi, est sorti le jeu vidéo David Douillet Judo sur PC et PS2 (en attendant la version Xbox), qui renforce un peu plus l'idée que le judo français s'incarne dans David Douillet, à moins que cela ne soit l'inverse. Dans cet opus pixélisé, David Douillet est le «big boss» qu'on ne peut affronter qu'après avoir terrassé une ribambelle de combattants . Ce jeu est labellisé «Fédération française de judo», ce qui lui assure une promotion active auprès de plus de 500 000 licenciés...
Revenir en haut Aller en bas
MAP

avatar

Messages : 10
Points : 5
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: ARTICLES DE PRESSE !   Dim 7 Sep - 14:36

http://www.liberation.fr/actualite/sports/306688.FR.php


BENOÎT BAUME
QUOTIDIEN : mardi 29 janvier 2008
16 réactions
L’OPA de la famille Douillet sur le judo français se poursuit tranquillement. Daval Consulting (société de madame) vient d’être chargée par la Fédération française de judo de la communication des membres de l’équipe de France en vue des Jeux olympiques de Pékin. A priori, pas de scandale à confier cette mission à Valérie Douillet, qui répond aux sollicitations médiatiques adressées à son mari depuis 1998 et se targue de bien connaître les journalistes en général et ceux de la télé en particulier. Pas si simple.

David Donald (son deuxième prénom) Douillet cumule les postes et les responsabilités dans le judo français. Salarié de Canal +, pour lequel il a acquis les droits de nombreuses épreuves qu’il commente lui-même, il est également actionnaire fondateur de la société Double D. Après avoir commercialisé du matériel fitness et outdoor sous les marques David Douillet Fitness et Tipi, cette boîte s’est lancée dans le kimono et a récupéré la licence Adidas, sponsor officiel de la Fédération française de judo. Double D affiche un chiffre d’affaires de 15 millions d’euros. Depuis février 2005, David Douillet est également membre du comité directeur, l’organe décisionnel de la fédération. Dans le même temps, il a hérité de la présidence du comité de sélection de l’équipe de France.

Cachotteries. En résumé, Douillet homme d’affaires sponsorise une fédération où Douillet ex-champion sélectionne des judokas - que le businessman fournit en kimonos - dont le Douillet consultant commente éventuellement les performances sur Canal +. Des athlètes dont la com est désormais assurée par une société dirigée par sa femme. Bel exemple de ce qu’on nomme, en économie, intégration verticale. Ce mélange des genres ne semble pas poser de souci particulier à l’intéressé, comme il nous l’avait expliqué à l’époque lors d’un coup de fil peu amical (le Douillet en colère est une expérience).

Pourtant, le choix de Valérie Douillet par la Fédération française de judo a été entouré de bien des précautions. «J’ai répondu à un appel d’offres, et la société Daval Consulting n’a rien à voir avec mon mari», insiste Valérie Douillet. Brigitte Deydier, la directrice technique nationale à la fédération, va dans le même sens : «Le rôle de Daval Consulting est de promouvoir et filtrer les demandes des médias. Nous désirons que nos athlètes soient présents dans différentes émissions de télévision en cette année olympique sans perturber leur préparation. Cette décision a été prise par le comité directeur [dont David Douillet est membre, ndlr] vers la mi-décembre 2007. Daval Consulting est tout à fait indépendant de David Douillet car appartenant à sa femme. Elle n’a pas la charge des partenariats ou des sponsorings, mais bien la gestion de la presse.»

A l’étude, le processus se révèle moins démocratique qu’affiché. Sur l’indépendance de Daval Consulting, il faut déjà noter le nom qui vient d’une contraction de David et Valérie. «Oui, son nom est lié au mien car j’ai appris à ses côtés», explique Valérie Douillet, professeure de danse de formation. Le nom Daval a toutefois déjà été employé par le couple Douillet dans la société Daval Invest. Créée en décembre 2006, elle a pour objet la location meublée professionnelle, et David Douillet y est majoritaire.

Intérêts. De même, la société Ours blanc, qui gère l’image de David Douillet et dans le capital de laquelle les époux sont tous deux, partage ses locaux avec Daval Consulting, fondée le 24 octobre 2007. «Je collabore avec mon frère Stéphane dans le cadre d’Ours blanc. Nous avons un seul bureau pour Daval Consulting et Ours blanc», raconte Valérie Douillet. Quant à l’appel d’offres à l’issue duquel la communication des judokas a été confiée à Daval Consulting, nulle trace au Journal officiel ou dans les publications spécialisées. De plus, la décision de faire affaire avec Valérie Douillet semble antérieure à la mi-décembre, date d’attribution du marché. Dans TV Magazine, le 28 novembre, Valérie Douillet répondait à une question sur son rôle : «Celui d’une mère de famille. Parallèlement, je conseille des athlètes de l’équipe de France de judo.» A la fédération, des personnels font part d’une implication de Valérie Douillet depuis octobre.

Pourquoi tant de complications et/ou de cachotteries pour un contrat qui ne doit pas être financièrement faramineux ? L’enjeu pourrait être ailleurs : se placer dans le cercle d’influence du nouveau phénomène du judo français, Teddy Riner. Inconnu du grand public voilà un an, ce gaillard de 18 ans a conquis les titres européen et mondial en 2007 en poids lourds. La meilleure chose qui soit arrivée au judo français depuis la retraite en 2000 de… David Douillet. Sans jouer le rôle d’agent ni tirer profit financièrement de ce phénomène, les Douillet savent qu’ils ont tout intérêt à entretenir des bons rapports avec Riner et son clan. De retour du championnat d’Europe à Belgrade en avril dernier, où Riner avait conquis son premier titre majeur en seniors, plusieurs témoins avaient observé David Douillet et Teddy Riner discuter tout le long du voyage en avion. De longs rendez-vous avaient également eu lieu après le titre mondial de Riner en septembre à Rio de Janeiro.

Un temps sollicité par les parents Riner pour gérer les intérêts de leur fils, l’ex-champion du monde Stéphane Traineau, en mauvais termes avec la fédération et les Douillet, a été peu à peu écarté. Sans désigner nommément les Douillet, il s’interroge «sur un système entièrement contrôlé par les mêmes personnes». Hésitant entre Nike et Adidas en septembre dernier, Riner avait d’abord choisi l’équipementier américain avant qu’Adidas, dont Douillet possède la licence pour le judo, n’emporte le morceau. Pour Delphine Verheyden, avocate du prodige depuis mars 2007 : «Le problème de Teddy est plutôt de gérer les partenaires que d’aller les chercher. Ses parents ont jugé qu’un agent n’était pas forcément nécessaire. Daval Consulting gère les relations presse de Teddy pour le compte de la fédération, et moi, je négocie ses contrats. Nous travaillons en bonne intelligence, chacun dans son rôle.»
Revenir en haut Aller en bas
MAP

avatar

Messages : 10
Points : 5
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: ARTICLES DE PRESSE !   Dim 7 Sep - 14:39

http://www.lanouvellerepublique.fr/dossiers/sport/index.php?res=3&spo=Z&num=905213&PHPSESSID=42f49c74d41cd8a690f3ffcb18a80513#


complètement surréaliste !

heureusement que ces 2 enseignants lésés ont eu le courage d'affronter la pieuvre ffjda !
car je crois comprendre que cela date quand même de 3 ou 4 ans cette affaire ?
Le comité avait déja perdu en 2006 ?
Ce n'est pas dans cette affaire que la ffjda a envoyer directement son avocat personnel , pour faire appel ?

Et , si ils ont perdus ... c'est donc aussi la ffjda qui a perdu ce procés !

mais au fait J. R. GIRARDOT n'avait il pas eu les mêmes déboires il y a quelques années avec un des profs ( P.L. ancien membre de l'équipe de france ) alors qu'il était président de ligue de BOURGOGNE ?
de souvenir , il avait bien été aussi épinglé par les prud'hommes !
mais à l'époque , internet n'existait pas ... et la communication non plus !
aujourd'hui tout se sait et se saura !

Je serais vraiment curieux d'en savoir plus sur cette histoire !

la grande FFJDA , qui met un genoux à terre devant 2 "petits profs" !
ça , cela va leur faire mal à la gueule ! elle a cautionné ce mec là , ces agissements , ces décisions ... et l'a même soutenue ( avocat , financièrement ... ) et la justice a été ferme et définitive : IRREGULARITE
CONDAMNE !
c'est clair et sans bavure !

mais en tout cas , respect à ces 2 profs qui ont eu le courage de se battre contre l'injustice programmée dont notre fd a fait son cheval de bataille !
le combat pour eux a dù être rude , mais quelle belle récompense que justice soit faite et rendue !

les profs doivent être respectés !
c'est une brèche qui est ouverte dans la suffisance de cette fd envers ses enseignants !
soit elle les respecte , soit elle va le payer trés trés cher ( financièrement , et en matière d'image ! )

et dire que ce président du département est encore en place ! mais ils ont personne d'autre ou quoi ?

Quand on le lit, on comprends mieux pourquoi tous les villages en ont un !
"... position pas mieux comprise ... je suis intérimaire ... responsable de la section emploi au CDOS ( sic ! )... découverte de la complexité du fonctionement de la justice ( re sic ) .. le comité a décidé de ne pas se pourvoir en cassation ( MDR ) ... le seul aspect positif ( re MDR ) , c'est le montant à payer de 27 000... crédit auprés de la ffjda ... "

comme le journaliste a dù s'amuser avec lui :
"selon nos informations , point de vue optimiste ... actuellement indemnités prés de 40 000 , loin des 27 000 ... l'expert ne pourra pas passer à coté des irrégularités relevées par les prud'hommes ... donc atteindre les 70 000 euros de la première instance "

il faut vraiment lui acheter une calculette , voir même une intelligence à celui là !!!!
mais tout est prévu ! pensez à bien régler vos 32 euros de licence ... il y a forcément quelques euros qui serviront à payer ( justice , avocat , charlatans élus , prud'hommes , crédits auprés de la ffjda ... ) toutes leurs con----- ! c'est ça l'entraide et la prospérité mutuelle ! que les pigeons , les "intègre" ... payent pour les incompétents , les malhonètes ....


bref : respect au courage de ces 2 profs !
Revenir en haut Aller en bas
Oeuf Mayo

avatar

Messages : 30
Points : 35
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: ARTICLES DE PRESSE !   Dim 7 Sep - 19:31

De : olivier bienfait .lequipe.presse.

Né pour être chef


Premier Français à devenir champion du monde, en 1975, Jean-Luc Rougé était fait pour être un décideur.
AVANT D’ÊTRE UN DIRIGEANT reconnu, Jean-Luc Rougé a d’abord été un judoka de renom. La ligne principale de son important palmarès demeure son statut de premier Français devenu champion du monde. C’était à Vienne, en Autriche, en 1975. En finale, le Français bat le Japonais Ishibashi. « La première chose que j’ai réclamée, c’est de l’air après dix minutes de combat ! Je ne me rendais pas compte de ce que j’avais fait. J’étais content de l’avoir fait. »
Sans l’avouer ouvertement, Rougé en garde une certaine fierté, sentiment qu’il dissimule derrière une pirouette : « Ça me permet de dire à David (Douillet) : "Je m’en fous que tu sois quinze fois champion du monde (quatre en fait), le premier c’est moi !" Mais ce qui m’intéresse, c’est le comment plus que le résultat. »
Ce sacre est l’apogée d’une carrière sportive débutée au sein de l’AS énergie atomique, en région parisienne. Un copain de son père, qui avait pratiqué pendant la Seconde Guerre mondiale, désirait monter un club à Gif-sur-Yvette (Essonne). Jean-Luc effectue ses premières chutes dans une école maternelle dotée de tapis en feutre qu’il faut installer à chaque séance. Il n’a que treize ans, alors que l’âge minimal est quatorze. Une semaine plus tard, le voilà ceinture blanche… en seniors ! « Il n’y avait pas d’autre catégorie à l’époque », se souvient Rougé, 8e dan depuis l’an passé. Sa carrière est lancée, elle atteindra des sommets, exception faite des JO (5e en 1976).
De ces heures de gloire, ne restent que des souvenirs. Son bureau n’est pas un musée débordant de trophées : « Les breloques, je m’en fous. Mon père piquait les coupes au grenier et les mettait en jeu au concours de pétanque du comité d’entreprise de l’énergie atomique !»
Avant même sa fin de carrière sportive, en 1980, il s’est aperçu que sa vraie place était dans le costume de dirigeant, et non celui d’entraîneur, même s’il a exercé cette fonction, notamment au sein de l’encadrement national. « Dès l’âge de seize ans, j’ai été enseignant. » Il le sera encore six mois après sa retraite sportive, marquée par quatre mois sous cortisone à cause d’un bras paralysé. « Je me suis rendu compte que j’étais un entraîneur de plus. J’ai préféré organiser en amont. »
« La fainéantise sert à aller à l’essentiel »
Il accumule les expériences, sportives et administratives, avec comme fil rouge ce sens aigu de la réflexion. « Je pense à quinze trucs à la fois. Je pars dans les nuages à 12 000 à l’heure. En fait, je suis un fainéant. Je réfléchis beaucoup pour trouver une solution. La fainéantise sert à aller à l’essentiel. Donc, comme je dors peu, j’aime bien perdre mon temps jusqu’à 4 heures du matin. Mais, dans le boulot, je n’aime pas perdre une seconde. Ça doit énerver tout le monde », confirme-t-il.
Ça fédère aussi, puisqu’on ne compte plus les personnes désireuses de travailler à ses côtés. « Ils adhèrent au projet. J’ai un courant de sympathie incroyable, même des gens de droite », s’amuse cette « grande gueule » n’ayant jamais tu son engagement politique à gauche. « Tous les ans, j’étais invité à la table de Chatrier (ancien président de la Fédération française de tennis) à Roland-Garros. Je ne sais pas pourquoi ? feint-il, un brin cabot. Chatrier avait une philosophie, une culture du sport qui sonnaient juste. Pour lui, le sport ce n’était pas uniquement la compétition, mais aussi une manière d’être. Il a lutté contre les marchands du temple. » Il ne cache pas son souhait de poursuivre dans cette voie.
Rougé possède aussi la capacité de collaborer avec des gens dont il ne partage pas forcément les idées – c’est l’un des fondements de la franc-maçonnerie dont il est un membre. C’est le cas avec le président de l’UEJ, Marius Vizer. Pourtant, le Français a quitté son poste de directeur sportif de l’Union européenne voici trois saisons, après huit ans de services : « Que je sois d’accord ou pas avec quelqu’un, je travaille. Ça a étonné Vizer. Mais, si tu fais de la rétention, c’est le judo qui en pâtit. »
Ce qui lui plaît dans le pouvoir ? « Si j’ai des idées, c’est bien d’avoir un groupe pour les faire avancer. Je ne travaille jamais tout seul. Je suis intransigeant sur le concept, après peu importe pour la réalisation. » Aussi paradoxal que cela puisse paraître, derrière cette assurance se cache le doute. « C’est ce qui permet d’avancer. Ce n’est pas parce je suis sûr de moi que je ne doute pas. » Parole de chef. – Ak. C.
Revenir en haut Aller en bas
Oeuf Mayo

avatar

Messages : 30
Points : 35
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: ARTICLES DE PRESSE !   Dim 7 Sep - 20:01

il faut revenir à un judo d'attaque .



C'est l'interview de…
Patrick Vial, arbitre international, ancien entraîneur de l’équipe de France de judo.
Recueilli par DINO DIMEO
QUOTIDIEN : lundi 11 février 2008


Médaillé de bronze aux Jeux de Montréal en 1976, puis entraîneur de l’équipe de France, Patrick Vial est arbitre international depuis 1981. A l’occasion du tournoi de Paris qui s’est déroulé ce week-end au Palais Omnisports de Paris Bercy, étape importante sur la route de Pékin, celui qui a arbitré la finale olympique des lourds à Athènes entre le Russe Tmenov et le Japonais Suzuki tire le signal d’alarme sur le dangereux tournant pris par son sport depuis l’arrivée des pays de l’Est.


Beaucoup d’adeptes du judo se plaignent d’un sport en perte d’identité. Pourquoi ?

Le judo a fait son apparition en tant que sport de démonstration aux Jeux de Tokyo en 1964. Ce n’est que plus tard, en 1972, lorsque ce sport est devenu olympique à part entière, que les Pays de l’Est, peu concernés par le judo jusque-là, ont montré un certain intérêt. Ils ont alors promis qu’ils allaient venir avec leurs styles et leurs moyens, décidés à s’adapter.

Mais visiblement ce ne sont pas eux qui se sont adaptés…

On a constaté qu’ils avaient mordu au judo. La fédération internationale, pour les attirer, leur a fait quelques concessions au niveau de l’arbitrage : il fallait que l’assiette de répartition des médailles soit la plus large possible. Certaines pratiques ont été tolérées. Cela a fait évoluer le règlement, jusqu’à se retrouver face à quelque chose qui n’a plus rien à voir avec le judo.

Par exemple ?

Surtout le ramassement de jambes. Avant, c’était accessoire : c’est systématique aujourd’hui. C’est la base du kumikata [combat, ndlr]. Beaucoup de jeunes combattants travaillent dans ce but, et cela a eu comme conséquence d’appauvrir l’éventail technique. Si les mouvements étaient assez variés, maintenant ils ne le sont plus. Il n’y a plus d’envolées. Sans compter qu’il n’y a plus de différence non plus entre une défense et une contre-prise. Du moment que le mouvement fait tomber l’autre, c’est tout bon. Les judokas ne sont pas regardant sur les moyens.

N’y avait-il pas moyen d’enrayer cette dérive ?

Les gens qui dirigent l’arbitrage affirment que lorsque quelqu’un tombe, si les arbitres ne donnent aucun avantage, les spectateurs ne comprennent pas. Et nous voilà donc à abaisser le niveau du judo pour que les gens comprennent quelque chose. La bonne idée aurait plutôt été d’éduquer le public. Comme c’est le cas pour le rugby par exemple. Dans ce sport aussi les règles sont compliquées, mais elles n’ont pas été changées pour faire plaisir au public.

Par quel mécanisme les règles peuvent-elles changer ?

Chaque personne qui arrive à la fédération internationale s’efforce de marquer son passage. Et puis, au niveau politique, il y a eu des frictions ces dernières années entre l’Europe et la fédération internationale (IJF). L’Europe, grâce à sa dominance politique, a imposé certaines idées qui, à mon avis, ne sont pas bonnes pour notre sport.

Pourquoi les Japonais n’ont-ils pas réagi ?

Les Japonais se sont également mis à la page, mais en gardant leur style et leur judo. Et puis, les Japonais partent du principe que si le judo est le plus fort, le judo doit gagner. Je suis d’accord, mais uniquement si les règles sont respectées. Je crois qu’ils en sont revenus aussi, du moins partiellement. A force de détourner les règles, les choses deviennent difficiles. Personne ne s’y retrouve. Imaginez qu’en foot, on supprime le hors-jeu, ou qu’un tir sur le poteau vaut un demi-but ? Il y a des principes auxquels il ne faut pas déroger.

Mais les règles du judo évoluent sans cesse…

La dernière trouvaille de l’IJF serait de supprimer le waza-ari pour ne garder que le yuko et le ippon. On parle aussi de cumuler deux kokas pour faire un yuko. Mais la base de ce sport est de marquer avant la limite. Pour le coup, ce serait comme si en boxe on supprimait le KO. D’autres préconisent tout simplement de supprimer le koka. Ce serait très bien. On veut un judo d’attaque, un judo efficace. Pas des gars qui se mettent à genoux sans arrêt et qui ramassent une patte pour faire tomber l’autre sur les fesses et comptabiliser les kokas. Quelque chose que peut réussir n’importe quel bourrin qui a un gros cœur et des muscles en béton…

Les entraîneurs ne préparent-ils pas leurs athlètes en fonction de cette évolution des règles ?

Oui. C’est pour ça qu’il faut tirer le signal d’alarme. La France fait partie des nations qui alertent l’IJF. Cela risque d’évoluer assez vite, mais pas avant Pékin. Après Athènes, on avait fourni à l’IJF une cassette vidéo qui montrait en parallèle du judo et de la lutte libre. On leur demandait : où est la différence à part le judoji [le kimono, ndlr] ? En fait c’était même plus spectaculaire en lutte qu’en judo ! Cela fait quatre ans qu’ils réfléchissent… Il faut permettre au judo de retrouver une certaine crédibilité.

Le manque de combativité n’est plus sanctionné et la décision a été supprimée…

Les «moulinettes» (les pénalités pour manque de combativité) avaient été mises en place pour éviter de jouer la montre. Puis, les gars se sont adaptés. Ils attaquaient n’importe comment. Pas pour faire tomber, mais pour faire pénaliser l’autre. Depuis Athènes, cela n’est plus sanctionné. Sauf que certains arbitres ne font pas la différence entre la non-combativité et les gars qui bloquent. Les arbitres ne sont pas tous de bons judokas. En France il faut être 3e dan, au Japon, médaillé… Et parmi les collègues, il y en a qui n’ont même pas le niveau ceinture noire.

Et la décision ?

Elle a été transformée en «golden score» (une prolongation) après Sydney et le combat en finale de Céline Lebrun, qui a raté l’or à cause de la malhonnêteté de deux arbitres. La Chinoise Tang avait été déclarée vainqueur, alors que la Française avait dominé tout le combat.

La France et le Japon font-ils office de gardiens du temple ?

Oui, avec d’autres pays européens comme la Belgique, l’Allemagne, l’Italie ou l’Espagne. En France, on milite pour que les cadres techniques reviennent vers un judo traditionnel. On a commencé avec les catégories des jeunes, pour se rapprocher du Japon et d’une pratique classique. Celle qui est toujours enseignée là-bas. Car si ce sport doit se résumer à se saisir les pattes et se mettre à plat ventre, les gamins ne vont plus venir. Ils iront ailleurs, faire des trucs plus rigolos. Déjà que le judo est un sport dur, si en plus il n’est pas intéressant, autant faire autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Oeuf Mayo

avatar

Messages : 30
Points : 35
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: ARTICLES DE PRESSE !   Dim 7 Sep - 20:04

David Douillet perd son procès contre Bakchich.info



http://www.intimeconviction.com/article-18864650.html



Revers pour David Douillet, l’ancien champion de judo. Il avait porté plainte pour diffamation contre le site Bakchich.info qui l'avait cité, le 15 mars, parmi les personnes disposant d'un compte au Lichtenstein en vue d'évasion fiscale. Le sportif avait demandé 100.000 euros à l'éditeur du site Internet, la SARL Bakchich, ainsi qu’une publication judiciaire sur le site et dans trois autres publications, et 5.000 euros d'amende au titre des frais de justice. Ce qui aurait mis en cause la survie du site, dont équilibre financier n'est pas encore assuré.

Un argument entendu par le tribunal de grande instance de Nanterre (Hauts-de-Seine), qui a rejeté jeudi la poursuite de David Douillet. Pire, celui-ci devra verser 1.000 euros à Nicolas Beau, l'auteur des articles en cause, ainsi qu’à Xavier Monnier, le directeur de la publication, en dédommagement des frais de justice.

Le tribunal reconnaît la légitimité de l'information

Le tribunal a justifié sa décision par la «bonne foi» de bakchich.info, relevant l'absence «d'animosité personnelle des défendeurs contre M. Douillet» et la publication d'un second article publié sur le site deux jours après le premier, qui maintenait ces informations, tout en citant le démenti oral du cabinet du ministre du Budget. Le tribunal a également tenu compte du fait que ces informations avaient été traitées par les organes de presse traditionnels. Soulignant l'ampleur prise par «l'évasion fiscale au moyen de comptes ouverts au Liechtenstein», il considère que «l'information sur l'éventuelle participation de personnalités françaises à ces faits présente un caractère particulièrement légitime».
Eric Feferberg AFP ¦ David Douillet répond aux journalistes après une rencontre avec Nicolas Sarkozy, le 15 avril 2008

confused
Revenir en haut Aller en bas
Oeuf Mayo

avatar

Messages : 30
Points : 35
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: ARTICLES DE PRESSE !   Jeu 11 Sep - 2:56

Revenir en haut Aller en bas
Oeuf Mayo

avatar

Messages : 30
Points : 35
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: ARTICLES DE PRESSE !   Jeu 11 Sep - 3:21






est ce bien le même BERTHELOT ? Suspect confused



BERTHELOT, ex président de la FFJDA, franc-maçon, en garde à vue

http://pagesperso-orange.fr/adisport/index.htm

Daniel Berthelot, l'ancien président de la fédération française de judo et disciplines associées (FFJDA) a été interpellé ainsi que son fils Julien le 14 NOVEMBRE 2006 par les enquêteurs de la brigade financière du SRPJ de Limoges dans le cadre d'une enquête sur une fraude gigantesque à la TVACelui qui est présenté au public lors des conférences comme étant le président d'honneur de la FFJDA et le vice-président du collège des ceintures noires de judo a été placé en garde à vue au commissariat d'Angoulème après son interpellation. A la suite de son interrogatoire, Elisabeth Decencière-Ferrandière, juge d'instruction, a décidé de prolonger son séjour dans les locaux de la police jusqu'au 17 novembre 2006 sans doute pour qu'il ne communique pas avec ses complices. L'affaire dans laquelle Daniel Berthelot serait impliquée a été révélée par Le Parisien dans ses éditions du 16 juin 2000 et du 5 janvier 2001. Cela concerne une colossale affaire d'escroquerie à la TVA entre la France et des pays d'Afrique et d'Europe portant sur 42 millions d'euros. Les révélations du quotidien étaient restées sans réaction jusqu'à ce que Le Nouvel Observateur, en novembre 2001, annonce le redémarrage de l'enquête tout en citant Le Parisen comme source de référence. Au début de l'enquête, deux hommes d'affaires ont été soupçonnés du trafic, Rubens Lévy, basé au Havre et familier de Monaco ainsi que l'Algérien Hocine Sahir, curieusement porteur de passeports diplomatiques malien et ivoirien. Lorsque le premier s'est constitué prisonnier et a été écroué, 28 personnes ont été mises en examen par le juge Jean-Pierre Pétillon, chargé du dossier depuis 1999. L'enquête ferait apparaître la mise en place de 2 réseaux particuliers. L'un serait basé à Clermont-Ferrand dans le Puy de Dôme et l'autre aurait fonctionné en Normandie, au Havre.Le patron voyou a expliqué les mécanismes de l'escroquerie à la TVA qui porte désormais le nom de "fraude carroussel". Le système repose sur la création de plusieurs sociétés écran dont la durée de vie est éphémère. Des complices tantôt fournisseurs tantôt clients font circuler des factures et des titres de transports bidons qui, une fois présentés à l'administration fiscale, permettent de récupérer la TVA à 20,6% ou à 19,6% selon les tarifs en vigueur. Le manque à gagner pour le fisc serait estimé à 13 milliards d'euros par an. D'après Le Parisien, les hommes d'affaires interpellés ont mis en cause plusieurs personnalités politiques, des avocats et d'anciens hauts fonctionnaires regroupés au sein d'un réseau de franc-maçons de la Grande Loge nationale française (GLNF). Depuis, la loge "Navarro" aurait été dissoute et quelques membres auraient été suspendus jusqu'à la fin du procès ou exclus de la GLNF. L'année où l'escroquerie a été révélée, le grand maître de la GLNF depuis une vingtaine d’années, Yves Trestournel a annoncé sa retraite programmée pour décembre 2001.Après 8 ans d'enquête difficile compte tenu de la personnalité des arnaqueurs en col blanc, c'est aujourd'hui 47 personnes qui doivent être renvoyées devant le tribunal correctionnel pour escroqueries en bande organisée. Le procès devrait se tenir à la fin de l'année 2007, probablement après les élections présidentielles et législatives. Agé de 62 ans, Daniel Berthelot, expert-comptable, a dirigé ou alors l'un de ses fils, plusieurs sociétés basées à Cognac, en région parisienne et en Guyane où il a pris sa licence à la FFJDA pour présenter sa candidature lors des dernières élections qui ont eu lieu le 19 février 2005. Il siège aujourd'hui au comité directeur national de la FFJDA.Les services fiscaux qui surveillent depuis plusieurs années les déclarations de la famille Berthelot se sont surtout étonnés des bénéfices réalisés par la SARL EURO-CONSULTANT, dirigé par un de ses fils, Julien et par la société ABS Services, gérée par un autre fils Berthelot, Antoine. Parmi toutes les entreprises créées, quelques unes ont été liquidées. Un responsable de la société Speedy France qui se dit victime de la famille Berthelot a déposé une plainte pour escroquerie, faux et usage de faux. Bien que n'étant pas un haut gradé (à partir du 6è dan) de la FFJDA, curieusement Daniel Berthelot est vice-président du collège des ceintures noires de judo. De par sa fonction il dispense les principes du Code Moral où le sens de l'honneur, de la rectitude (c'est écrit !) et de la droiture constituent la base essentielle de la FFJDA. A moins que l'ex président de l'une des fédérations les plus importantes de France ne soit victime d'une erreur judiciaire ou de la ténacité d'un juge d'instruction, le respect du Code Moral n'a pas du constituer sa priorité fondamnetale dans l'exercice de ses activités extra-judokales.Parallèlement à ses activités professionnelles, Daniel Berthelot est également trésorier de la Fraternelle de Judo dont les statuts mentionnent clairement dans l'objet social: elle "comprend des membres personnes physiques régulièrement affiliés à un ordre de la franc-maçonnerie, membres également de la Fédération Française de Judo-ju jitsu-kendo et disciplines associées." Selon les textes déposés en préfecture, la Fraternelle se compose de membres personnes physiques qui doivent être:- Actifs en maçonnerie, toutes obédiences confondues,- Licenciés à la FFJDA- Membres du C.N.C.N. (Collège National des Ceintures Noires).Selon les législateurs qui ont participé à l'insitution de la loi dite martiale du 15 juin 1999, les personnes qui auraient acquis leur Dan ou grade équivalent en dehors des fédérations délégataires ou agréées selon le bon vouloir du ministre des sports seraient indignes de porter un tel titre. Quid alors de celui attribué à Daniel Berthelot ? Combien sont-ils de judokas, d'aikidokas, de karatékas, de taekwondoïstes qui évoluent en dehors d'une fédération privilégiée à être impliqués dans la "fraude carroussel" ?
Revenir en haut Aller en bas
Oeuf Mayo

avatar

Messages : 30
Points : 35
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: ARTICLES DE PRESSE !   Jeu 11 Sep - 3:33

Revenir en haut Aller en bas
Oeuf Mayo

avatar

Messages : 30
Points : 35
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Re: ARTICLES DE PRESSE !   Jeu 11 Sep - 3:36

Revenir en haut Aller en bas
hattori_Hanzo

avatar

Messages : 3
Points : 0
Date d'inscription : 13/09/2008

MessageSujet: Re: ARTICLES DE PRESSE !   Sam 13 Sep - 19:47





"I have a dream" ou "jean luc et moi avons fait un rève"

lol! lol! lol! lol! lol!

Nous avons fait un rève :
- que les JO 2012 auraient lieu à paris Rolling Eyes
- qu'il y aurait alors 750 000 licenciés à la ffjda pale
- que judo mag zine serait encore plus beau, mais aussi moins cher Shocked ( tu auras le magazine que tu mérites geek jocolor santa rendeer drunken pig clown )

lol! lol! lol!

quelle bande de CHARLOT lol!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ARTICLES DE PRESSE !   

Revenir en haut Aller en bas
 
ARTICLES DE PRESSE !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Articles de Presse PBP
» Les articles de presse sur Paris-Brest-Paris 2007
» ARTICLES de PRESSE sur PBP
» Articles de Presse
» Millevaches 2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Esprit Francejudo :: Passé présent et avenir du judo en France. :: La FFJDA et vous !-
Sauter vers: