L'Esprit Francejudo

Le premier forum JUDO, non commercial et entièrement indépendant.
 
PortailAccueilS'enregistrerConnexion
Sujets similaires
Derniers sujets
» La FFJUDO fait peau neuve sur internet ! Bravo à la Fédération Française de Judo pour cette ouverture d'Esprit (du judo) !
par prispour1con Dim 15 Déc - 20:08

» Ferrid Kheder glisse une quenelle Olympique à la FFJDA !
par Judonymous Sam 16 Nov - 18:49

» Salut polémique de Loic Korval envers les officiels de la FFJDA lors de sa victoire au 1e division 2013 a Marseille !
par Judonymous Lun 11 Nov - 14:02

» Dédicace spéciale et amicale a Jean Cul Rougé .
par prispour1con Sam 2 Nov - 23:51

» Ferrid Kheder dénonce les méthodes de la FFJDA ! Quenelles, et révélations en rafale !
par prispour1con Sam 2 Nov - 23:51

» Grand concours photo Quenelle Olympique au 1e Div à Marseille : Un voyage Paris San Diégo à gagner !
par prispour1con Sam 2 Nov - 23:41

» Ferrid Kheder interviewer par All Judo : "Briser la loi du silence"
par prispour1con Ven 1 Nov - 23:08

» Exclusif : Teddy Riner soutiens la Quenelle Olympique !
par prispour1con Jeu 31 Oct - 11:58

» Harcèlement, pressions, dépression, tentative de suicide ... lettre ouverte de l'ex secrétaire de Rougé.
par prispour1con Dim 20 Oct - 17:58

» Le Vicomte Gilles Michel de Saint Aignan de la Milhusina de la Mythomanie !
par Carla Dim 17 Mar - 16:53

» Dojo Cannet (83), 5 millions d'euros qui pourrissent ! Merci Contraire et Filéri.
par Judonymous Jeu 7 Fév - 18:11

» Réélu a la présidence de la FFJDA pour l'olympiade 2012/2016, Jean Luc Rougé rentre dans le Guiness des records !
par prispour1con Jeu 27 Déc - 21:34

» Incident diplomatique au tournoi international juniors d'AIX en Provence 2012.
par ranigou Lun 24 Déc - 16:00

» L'équipe de France juniors de judo expulsée du Japon, pour vol !
par ranigou Lun 19 Nov - 23:18

» L'équipe de France juniors de judo, en stage au Japon, expulsée du territoire, par le président de la FD Nippone pour ... Vol !
par ranigou Dim 18 Nov - 18:29

» Quand le gourou de la secte, décide de faire censurer la vidéo de Judo free, certainement trop réaliste à son gout !
par prispour1con Mar 6 Nov - 17:44

» Le fabuleux destin de ... Jean Luc Rougé !!!
par galinette Ven 2 Nov - 18:36

» Jean Luc Rougé refuse un débat avec Stéphane Traineau, car il juge cela "anti démocratique" !
par prispour1con Ven 2 Nov - 18:24

» Attention, mobilisation générale a la FFJDA ! J.L. Rougé recherche désespérément un projet pour l'avenir du judo Français !
par prispour1con Ven 2 Nov - 18:24

» Le CIO en acceptant le voile en judo, se ridiculise, ouvre la porte à la religion dans un sport préservé.
par prispour1con Mar 31 Juil - 17:36

» Si il y a possibilité de voir gratuitement et en direct TOUS les JO de judo, nous vous dirons ici comment faire !
par EspritFranceJudo TV+ Sam 28 Juil - 16:38

» Attention DANGER! Des comptes FB viennent d'être infiltrés pour propager des messages de haine et de violence
par Babar Lun 23 Juil - 12:57


Partagez | 
 

 Stéphane Traineau et sa "FREE" évolution pour le judo Français .

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Babar

avatar

Messages : 59
Points : 72
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: Stéphane Traineau et sa "FREE" évolution pour le judo Français .   Mer 15 Fév - 15:17






Des réflexions, un projet pour le Judo. A lire sans modération!!

http://judofree.fr/




Un constat sans appel....

http://judofree.fr/notre-constat/





Interroger les symptômes et ainsi proposer un traitement adapté...

http://judofree.fr/nos-interrogations/





La resistance aux changements, c'est ce dont souffre notre Fédération... Alors, osons entrer dans l'ère moderne du Judo...

http://judofree.fr/changer-de-cap/





Souvent nié, aujourd'hui votre avis intérresse!!! Vous êtes au coeur du dispositif, exprimez vous!!

http://judofree.fr/reflechir-notre-developpement/





L'intérêt du plus grand nombre au détriment de celui de quelques uns.... Associez-vous à la conception d'un projet fédérateur et innovant...

http://judofree.fr/concevoir-ensemble-un-projet-federateur/





Un projet clair, lisible, visionnaire...

http://judofree.fr/les-enjeux-strategiques/



Wink



Officiellement candidat à la présidence de la FFJDA depuis ce week-end, Stéphane Traineau s'était entretenu avec alljudo il y a quelques semaines. Interview.



Bonjour Stéphane, quel a été le cheminement entre votre carrière d'athlète et aujourd'hui ou vous aspirez à devenir président de la Fédération Française de Judo ?

Je pratique le judo depuis 40 ans et depuis aussi loin que je me rappelle, j'ai toujours baigné dans cet univers. Ma mère est professeur de judo depuis 35 ans et mon père a été président du Comité Départemental de la Vendée pendant 8 ans, ils ont d'ailleurs créé le Dojo Mortagnais dont mon père a été le président. J'ai eu la chance de pouvoir me réaliser pleinement en tant que champion, d‘être entraîneur de l'Équipe de France, membre de la direction technique mais aussi dirigeant fédéral puisque de 92 à 96 j'ai été membre du comité directeur de la FFJDA. Je suis aujourd'hui CN 7ème dan et titulaire du BE1. J'ai toujours une grande passion et des rêves pour notre sport. Je ressens le besoin et l'envie d'apporter ma pierre à l'édifice. J'ai la chance d'avoir eu différents engagements dans le judo, ce qui m'a permis de côtoyer le monde du judo à ses différents étages. Je suis au courant des grands thèmes qui concerne notre sport, ainsi que des besoins et des ressentis de ceux qui sont à la base, dans les clubs. Et puis cela fait quelque temps maintenant que nombre d'élus, de présidents, de professeurs, bref de judokas me sollicitent pour que je candidate alors... ! Cela me donne envie de fédérer les gens autour d'un projet et d'une vision pour le judo.



Y-a-t-il eu à un moment donné une forme de déclic ?

On ne se lève pas un matin en se disant « tiens je vais devenir président de la fédération », ce n'est pas non plus une revanche comme on me le demande parfois. C'est tout simplement quelque chose que j'ai en moi, au fond de mes tripes. Mais si on doit chercher d'autres raisons qui me poussent à aspirer à diriger notre fédération, je pense que les discussions, les échanges et les débats que j'ai eues depuis 3-4 ans avec de nombreux judokas sont autant d'éléments qui ont enrichis ma réflexion et m'ont renforcés dans mes convictions... J'ai échangé avec des dirigeants et des entraîneurs des années 60-70, avec ceux qui ont pausé les bases à cette époque, et qui ont permis au judo français des années 80-90 d'avoir les succès que l'on connaît. Tous me disent en substance la même chose : « le modèle que nous avons créé à l'époque, aussi bien au niveau structurelle que sportif, est devenu caduque. Il faut en créer un nouveau, avec une vision à long terme qui n'existe pas actuellement. »



Vous réfutez l'idée de revanche. Quels sont vos rapports avec l'équipe dirigeante en place et avec Jean-Luc Rougé ?

J'ai contacté directement Jean-Luc Rougé pour l'informé de mes intentions. Je ne suis pas en guerre ni contre le comité directeur de la fédération, ni contre son président. Je souhaite aider la fédération en apportant ma pierre à l'édifice. J'ai envie qu'un vrai dialogue démocratique soit ouvert à l'occasion des élections. Maintenant si je dois me battre pour faire entendre ma voix, je le ferai car je reste un combattant. Dans tous les cas, c'est une démarche pro-judo et pro-fédérale. En attendant, à ma demande, j'ai rencontré la quasi-totalité du comité directeur et l'exécutif. En toute transparence, je leur ai fait part de ma volonté de m'engager et de ma réflexion sur l'avenir du judo français. J'ai pu échanger avec tous et ce dans une ambiance très amicale et respectueuse. J'ai notamment, toujours à ma demande, rencontré Jean-Luc Rougé au mois d'août 2011, il s'est dit très intéressé et m'a promis de me rappeler en septembre pour fixer un autre rendez-vous, j'attends toujours son appel... Il doit sûrement être très pris par ses nouvelles fonctions de secrétaire de la FIJ !!!

Quel bilan dressez-vous sur l'état de santé du judo français ?
Je vais vous donner quatre chiffres clés qui résument beaucoup de chose :
- la fédération compte environ 570 000 licenciés, ce qui représente une stagnation, sauf à penser que 1% d'augmentation (entre 2010 et 2011) soit un chiffre significatif.
- 80% de nos licenciés ont moins de 10 ans.
- Il y a 45% de turn-over d'une année à l'autre.
- et enfin le nombre de ceintures noires régresse alors que nous formons chaque année entre 5000 et 6000 nouveaux 1e dan.
Pour augmenter le nombre de licenciés nous avons abaissé l'âge jusqu'à l'extrême, en faisant débuter le judo à des enfants de 3 ans. Ceci a permis d'accroître le nombre de licenciés, mais maintenant nous sommes arrivés au bout de cette logique. Il faut donc désormais réfléchir à ce que nous pouvons offrir aux autres publics que sont les adolescents, les adultes non-compétiteurs, les seniors, les handicapés... Du point de vue financier 70% des recettes fédérales proviennent des licences et sachant que le processus de désengagement de l'état ne s'inversera pas, nous devons anticiper sur la manière dont nous allons augmenter nos ressources propres. Actuellement le secteur privé ne représente que 4% des recettes de la fédération contre 37% par exemple pour le tennis, il y a certainement un travail à effectuer à ce niveau là. Si je dois faire une photographie du judo français à l'heure actuelle je dirais qu'en façade tout va bien. Au regard des résultats, un peu en trompe l'œil, de l'équipe de France, du budget qui est équilibré, ou du nombre de licenciés qui se maintient, les indicateurs sont entre le vert et l'orange mais la tendance est négative. Il faut donc faire attention à ce qu'ils ne passent pas dans le rouge. Mon sentiment est que le judo français arrive au bout d'un cycle et qu'il doit désormais retrouver l'une des qualités qui font les bons judokas : le sens de l'anticipation.



L'objectif de 750 000 licenciés, qui avait été annoncé par Jean-Luc Rougé, est-il selon vous le but à atteindre pour assurer l'avenir ?

Pour moi cet objectif de 750 000 licenciés est un effet d'annonce, et je ne souhaite pas spécialement commenter ce chiffre. Ce qui m'aurait intéressé à l'époque, c'était de savoir comment Jean-Luc Rougé allait s'y prendre pour atteindre ce chiffre, avec quels moyens, à quelles échéances, quelle méthode, quel plan d'action... mais ça, on en a jamais rien su et pour cause. On peut donner un objectif, mais on doit surtout indiquer la manière dont on va s'y prendre pour le réaliser. Selon moi, si l'on parvient à aider les clubs dans leur fonctionnement, à améliorer les conditions de travail des professeurs, et à bonifier l'offre de services «judo», on obtiendra une augmentation du nombre de licenciés qui sera une conséquence du travail effectué et non pas sa finalité. C'est de cette manière que je conçois les objectifs qui doivent être fixés.



Qu'entendez-vous précisément lorsque vous dites « il faut bonifier l'offre de services » ?

Parmi les 570 000 licenciés de la Fédération, il y a approximativement 40 à 50 000 compétiteurs. Que propose-t-on aux autres ? Pas grand chose... Il y a en France une manière d'enseigner le judo qui est géniale pour les enfants, mais en revanche l'offre n'est pas adaptée pour les adolescents, pour les femmes, pour les handicapés, qui sont pourtant 4 millions et qui pourraient bénéficier de la richesse de notre sport. Certains clubs parviennent à fidéliser ces publics-là en développant leurs propres méthodes, je dis « allons voir ce qui ce fait de bien dans les clubs et servons nous de cette richesse ». On me répond parfois qu'il y a le jiu-jitsu, le taiso, le ne-waza, mais le grand public ne connaît pas tout ça. Nous avons un produit fantastique qui s'appelle le judo, adaptons-le aux différents publics, aux exigences du monde moderne, sans penser que nous allons renier notre passé et nos traditions. Le judo tel que l'a imaginé Jigoro Kano est avant tout une méthode d'éducation, servons-nous de ce potentiel.



Vous évoquez beaucoup les clubs. Sont-ils au centre de votre projet ?

Le club est le premier maillon de la chaîne et à ce titre-là, il est évidemment au coeur de tout le projet que je souhaite défendre et mettre en place. Aujourd'hui les clubs sont au service de la fédération, alors que cela devrait être l'inverse. Les clubs se battent pour recruter et fidéliser des licenciés, et par ce biais ils font rentrer l'argent dans les caisses. Mais qu'ont-ils en retour ? Quels services ? Avec quelle qualité ? Le club doit retrouver une place centrale, il doit être l'objet principal des préoccupations de la fédération.



On imagine que dans cette réflexion, le rôle et la place du professeur tiennent également une place importante?

Tout à fait. Le professeur est la pierre angulaire du club, son âme. Malheureusement à l'heure actuelle, de nombreux professeurs se partagent entre 3 ou 4 clubs, n'enseignent pratiquement qu'à des enfants et gagnent mal leur vie. Partant de ce constat la qualité ne peut pas être au rendez-vous. Si la Fédération reste là à attendre que le professeur se débrouille tout seul pour faire rentrer des licences, cela ne peut pas fonctionner. La Fédération à le devoir d'aider, de former, d'accompagner les professeurs et de se pencher sur la question de leur confort matériel. Si on ne fait pas cela, il y aura de moins en moins d'enseignants de qualité. A terme, avec les qualifications permettant l'enseignement du judo de manière bénévole, je crains que le niveau de l'enseignement soit tiré vers le bas.



Abordons maintenant la question du haut-niveau. La filière française d'accès au haut-niveau est-elle toujours adaptée et efficace ?

Sans rentrer dans le détail du nombre de pôles, de leur répartition ou encore dans celui du fonctionnement de l'INSEP et de l'INJ, je fais un premier constat : les résultats n'ont jamais été aussi bons que lorsqu'il y avait du brassage entre les cadets, les juniors et les seniors. En 2001, lors de ma prise de fonction comme responsable des équipes de France j'ai demandé à ce que l'on réintègre des juniors à l'INSEP. Cela a débouché sur le succès historique lors des championnats du monde juniors de 2006. Parmi ceux qui ont pu intégrer tôt l'INSEP on retrouve Teddy Riner et Ugo Legrand, les deux médaillés garçons des derniers championnats du monde. D'autre part nous devons améliorer notre système de détection, c'est un axe sur lequel il faut mettre des moyens. Enfin il faut redonner un rôle important aux clubs qui ont été oubliés lorsque l'on a créé les pôles espoirs. Entre les classes départementales jeunes, les pôles espoirs et les pôles France, nos jeunes changent en permanence d'établissement scolaire, ainsi que d'enseignant au niveau du judo. A un âge ou l'on a besoin de repères il faut que lien avec le club reste fort. Ils sont encore à un âge où ils ont plus besoin d'un professeur que d'un entraîneur.



Quel regard portez sur l'action engagée par la FIJ depuis l'élection de Marius Vizer ?

Globalement mon regard est positif. Le judo a besoin d'être lisible et visible. Le fait d'avoir hiérarchisé les tournois me semble une bonne chose, tout comme la création de la ranking list qui donne de la lisibilité. Maintenant il faut aller au bout de la démarche et se demander ce que l'on fait des championnats continentaux, de la coupe d'Europe des clubs ou encore des championnats du monde open. Si nous voulons que le judo soit encore plus visible et lisible par le grand public et les médias, il faut continuer le tri et établir un calendrier fixe qui soit le même chaque année.
Au niveau de l'arbitrage, les réformes vont dans le bon sens, mais attention car parfois l'interprétation d'une attaque aux jambes, directe ou pas directe, demande aux arbitres des connaissances techniques très affûtées. Par exemple lors des championnats d'Europe à Istanbul, lorsque l'on a mis hansokumake à Lucie Decosse, alors qu'elle venait de faire un enchaînement si rapide sur ko-uchi-gari que les arbitres ne l'ont pas vu, on ne va pas dans le sens du judo. Le hansokumake direct pour une saisie de jambe est trop sévère, il faut une graduation, quelque chose de plus humain, plus dans l'esprit de notre sport, peut être une sanction intermédiaire. Concernant l'argent, j'y suis également favorable car les athlètes ont besoin de cet argent et ils le méritent largement, par contre j'ai un peu de mal avec la manière dont on leur remet ce chèque énorme sur le podium.
En ce qui concerne l'utilisation de la vidéo, je considère que c'est une avancée technologique très positive. Par contre il faut que ce soit à la demande du trio arbitral lorsqu'il a un doute sur telle ou telle action, et non l'interventionnisme extérieur de superviseurs qui décident de tout devant leurs écrans de contrôle.
Enfin parmi les effets pervers que peut engendrer le nouveau circuit, il y a le risque de voir le dopage gagner du terrain. Il y a eu plusieurs cas de dopages avérés au cours des derniers mois, il faut être vigilant, faire attention au rythme des compétitions si l'on ne veut pas voir les cas se multiplier. C'est donc pourquoi, il est important de faire encore le tri entre toutes les compétitions et tournois du calendrier.



Le judo, notamment en France, souffre d'un déficit de reconnaissance médiatique. Que feriez-vous pour améliorer la situation si vous en aviez la possibilité ?

Tout d'abord je souhaiterais revenir sur les épisodes qui ont eu lieu depuis quelques années. En 2005 la Fédération a signé un accord avec Canal+ ce qui a restreint notre visibilité. Ensuite si l'on considère que la télévision publique ne fait pas son devoir, la démarche que j'aurais adopté en tant que président de la Fédération aurait été de proposer une rencontre à Daniel Bilalian, et non pas de le critiquer publiquement dans l'Equipe. Quand ensuite Jean-Luc Rougé a demandé aux licenciés d'envoyer un mail à France Télévision, je considère cela comme un aveu d'échec, car c'était à lui d'agir, et non pas aux licenciés.
Lors des derniers championnats du monde à Paris, la chaine Canal+ n'a pas payé de droit mais elle a investi 600 000 € dans la production pour assurer une couverture de très grande qualité, avec des consultants, des reportages, des interviews. La fédération aurait pu soutenir financièrement la production pour attirer une chaine hertzienne. Cela aurait coûté de l'argent, mais cela aurait été l'occasion de faire une très belle promotion pour le judo.
De manière générale, la communication doit devenir un enjeu majeur, avec des objectifs, des moyens. Il faut avoir un projet et ne pas se contenter de communiquer sur le haut-niveau, il faut également mettre l'accent sur la santé, sur l'éducation, sur la formation. D'autre part il faut tenir compte du fait que nos licenciés ont moins de 10 ans, ce ne sont pas eux qui regardent le sport à la télé. Il faut réussir à intéresser ceux qui actuellement regardent du foot ou du rugby.



Pour terminer y-a-t-il des thèmes que nous n'avons pas abordé et que vous souhaiteriez évoquer ?

Je voudrais évoquer la gouvernance. Actuellement les dirigeants de la Fédération concentrent trop de pouvoirs. Il faut redéfinir les responsabilités de chacun et trouver un équilibre entre le dirigeant et le technicien sportif, de manière à ce que ce dernier ne soit pas un simple exécutant. De la même manière il faut redonner une indépendance au Collège des Ceintures Noires qui a été vidé de son sens et qui doit redevenir le gardien du temple. Les ligues et les départements ont également perdu une partie de leurs prérogatives, il faut leur redonner un peu d'air et d'autonomie. Je considère que c'est une erreur de vouloir tout uniformiser, il faut tenir compte des spécificités régionales. Ma conviction c'est qu'il faut moins imposer, il faut piloter la structure et travailler de manière beaucoup plus collégiale. Pour conclure je pense qu'on arrive au bout d'un cycle, qu'il est temps de repenser nos structures, notre organisation et de nous ouvrir sur l'extérieure, nous pourrons ainsi rassembler et fédérer tous les judokas pour nous tourner vers l'avenir autour d'un projet commun et partagé.



http://www.alljudo.net/actualite-judo-1582-interview-de-stephane-traineau--1e-partie.html
Revenir en haut Aller en bas
 
Stéphane Traineau et sa "FREE" évolution pour le judo Français .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Open Free de Levens pour le plaisir
» que faut il comme harnais???
» RMT 43F (n°50)
» [VW tous modèles] ou trouver le logiciel vagcom en français
» [Fiscalité] Révolution pour le vélotaf

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Esprit Francejudo :: Passé présent et avenir du judo en France. :: Objectif élections Judo 2012-
Sauter vers: